Blog

Un dialogue social réussi: l’exemple de l’ambassade de France

Posted by:

Bonjour à tous,

Nous tenons en premier lieu à remercier Fabrice pour avoir permis à travers sa toute première réunion que nous puissions coordonner nos efforts pour défendre des droits de travailleurs évidents, mais pour tous…

Pour ce qui nous concerne, notre mobilisation a commencé à prendre forme lorsque nous avons été prévenus en 2009 que la Belgique allait imposer nos revenus sur l’IPP communale. L’affolement des recrutés locaux nous a permis de centrer les demandes et les informations.

Des impôts, il n’y a qu’un pas vers le salaire. Nous avons donc étudié avec minutie l’évolution de nos salaires. Ensuite, nous avons repris quelques fondamentaux en matières de droit du travail et comparé notre situation.

L’IPP communale aura servi de tremplin pour alerter nos autorités sur l’importance de l’évolution de nos salaires.

Nous avons préparé un dossier montrant que nos futures pensions, sans évolution convenable de nos salaires, se trouvaient en danger.

La convention fiscale franco/belge nous oblige à payer nos impôts sur le revenu en France.
De nos salaires, tout le volet « protection sociale » est correct.

Les réunions menées au sein de l’Intersyndicale entre nous tous et avec des avocats ont montrées que le problème majeur de la non protection des recrutés locaux en Belgique ne venait pas uniquement des chefs de poste et leurs autorités, mais surtout de l’Etat Belge qui n’a rien prévu pour protéger ses travailleurs soumis, dans certains cas, à l’esclavage.

Du simple fait que l’Etat Belge n’a pas prévu d’obligation envers les missions diplomatiques, tout est fait « au bon vouloir du chef de poste ». Si une commission paritaire règlerait une bonne partie des problèmes liés aux abus, il n’en reste pas moins qu’à l’heure actuelle, cette commission n’est toujours pas créée et prolonge en 2016 des situations parfois inhumaines.

Nous avons réussi à motiver nos collègues pour nous soutenir dans nos efforts, et notre travail a porté certains fruits insoupçonnés.

Un dialogue social ne se monte pas en pensant en adversaire. Il faut un dossier « blindé », des propositions concrètes et soutenables pour les deux parties afin que les efforts se poursuivent.

De 2009 à 2015 :
– Nous avons réussi à obtenir l’application du coût-vie sur nos salaires, mais c’est un débat annuel.
– Nous avons obtenu un règlement intérieur dans les 4 missions diplomatiques.
– Nous avons pu apprécier l’évolution de notre dialogue social par des élections (04 décembre 2014) de représentants du personnel des 4 missions, et eu l’accord de note chef de poste pour le soutien d’un syndicat belge (nous sommes appelés « ASAM-UNSA, avec soutien de la CNE » ).
– Nous avons réussi à mobiliser notre chef de poste afin que notre capitale prévoie une pension du 2ème pilier avec participation de l’employé également (décision finale attendue à partir de septembre 2016).

Cette année, nous préparons des ateliers de groupe de travail avec nos anciens « adversaires » CFDT.

Car même si la collaboration était très difficile en 2015, nous avons fini par unir nos forces et travailler ensemble. Cela donne du poids à notre dialogue social car il n’y a plus qu’une seule voix qui parle en union => ASAM-UNSA avec soutien CNE et CDFT !

Ces ateliers prépareront nos prochaines demandes :

– Assurance complémentaire santé
– Evolution des salaires – Coût-vie
– Cadre salarial (propre à la France).

Lors de chaque préparation de réunion avec nos autorités, nous portons toujours une attention particulière aux conditions de travail, de santé et sécurité au travail et à notre dialogue social.

Le fait de présenter un problème dans ces cadres là et d’en présenter également une solution permet l’ouverture d’un dialogue constructif.

L’avantage que nous avons, c’est que nous avons un chef de poste « bon père de famille » et toujours à notre écoute.

Mais si cela n’est plus, il revient quand même de se focaliser sur les obligations de l’Etat Belge de protéger les travailleurs des missions diplomatiques sur son territoire.

Je vous remercie pour votre écoute.

0


About the Author:

Add a Comment

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

UA-23435816